Partagez|

Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Arrivée à Forks
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 53
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 17:02


 

 

 
ShaelinWalker

 


 
âge ♣️ Espèce humaine à pouvoirs ♣️ Etudiante.
Pouvoirs (se révèleront quand elle sera vampire)
❖ capacité de créer des boules d'énergie et des boucliers d'énergie
❖ capacité de manipuler l'énergie qui l'entoure et d'en voler aux êtres vivants (humains, animaux et végétaux), mais aussi de convertir l'électricité en énergie
❖ Technopathie.

Caractère
❖ Elle adore les sucettes au citron. En fait, on pourrait dire qu'elle leur voue littéralement un culte. Elle en a toujours un paquet sur elle. Ne lui donnez pas de sucette à la fraise ou à l'orange, ça ne lui ira pas. C'est juste le citron. Quand elle est stressée ou fatiguée, elle en sort une et elle la suce jusqu'à la dernière miette.

❖ Chaque matin, quand elle se lève, elle commence par boire un grand verre d'eau tiède avec un peu de citron dedans, pour s'hydrater. Je vous ai dit qu'elle adorait le citron, non ?

❖ Chaque soir, avant d'aller se coucher, elle a le même rituel : elle se déshabille entièrement avant de commencer à faire couler un bain, puis elle profite de l'eau qui coule pour se laver les dents et se purifier le visage, avant de se laisser aller dans l'eau bien trop chaude. Cela détend sa peau, et les essences de citron qu'elle met dedans la détendent.

❖ Changeante, atypique, totalement lunatique. Trois petits mots qui définissent Shae à merveille. Cette jeune fille est sur la mauvaise pente depuis un petit moment, et le pire dans tout ça, c'est qu'elle en est parfaitement consciente, mais qu'elle a trop peur et trop de fierté pour l'avouer et demander de l'aide. Alors, elle s'enfonce, pas à pas, jusqu'au jour où il n'y aura plus de retour possible.

❖ Curieuse, et particulièrement intelligente, elle cherche depuis toujours le moindre signe qui la mènera sur la voie du surnaturel. Elle s'ennuie dans sa vie et dans son corps d'humaine, et elle donnerait n'importe quoi pour être quelqu'un d'autre, pour avoir cette petite plussoyance qui caractérise tant des personnes qui l'entourent. Face à eux, elle se sent totalement prise au dépourvu, totalement transparente.

❖ Lorsque vous arrivez à passer ses barrières, c'est une fille adorable, au coeur d'or, qui se mettrait en quatre pour vous. Mais, rares sont ceux qui y arrivent. Elle n'arrive pas à avoir de relation "normale" avec un homme à cause de son passé et elle a toujours tendance à les fuir et à s'en méfier dans sa vie privée. Par contre, elle a quelques amies femmes avec qui elle vit une vie tout ce qu'il y a de plus normal.

Histoire
30 octobre 1995. Dehors, une tempête arrache les tuiles des maisons, dehors le vent soulève les feuilles mortes et arraches les branches des arbres, alors que le tonnerre gronde au rythme des éclairs qui déchirent le ciel noir. Pourtant, il est encore tôt, l’après-midi est à peine commencé, et le soleil n’aurait dû se coucher que bien plus tard dans la journée. Allongée sur un lit, une femme semble aller mal. Son ventre arrondi montre une grossesse bien avancée, mais encore loin du terme. De minces filins de sueur coulent le long de son front alors que sa main se crispe encore et encore sur le couvre lit. La terreur de la tempête a déclenché des contractions, et la future mère ne sait pas quoi faire pour endiguer le processus. Cette femme, c’est ma mère. Des larmes coulent sur ses joues alors qu’elle ne cesse de murmurer à son ventre, entre deux vagues de douleur « Non… Non je t’en prie… » Elle respire lentement, comme on lui a appris. Son regard se pose sur le téléphone portable sur sa table de chevet, mais : il n’y a plus de réseau. De longues heures durant, elle patiente, sa concentration tournée toute entière vers sa respiration, vers le calme qu’elle doit ressentir malgré les contractions. Le temps passe, et finalement une voix retentit au rez-de-chaussée « Mary ? » Le soulagement l’envahit et elle ferme les yeux une seconde alors que des larmes coulent le long de ses joues. Il est là. « Au premier » Sa voix lui semble fade, frêle, totalement vide de tout sens. Le grincement de l’escalier… Elle l’entend à peine avec le bruit du vent qui hulule et siffle autour de la maisonnette. L’homme finit par arriver dans la pièce et il s’immobilise sur la porte durant une seconde. Sur son visage se peint la surprise puis la peur. « Je t’emmène à l’hôpital » Il ne lui laisse pas le choix. Non, il ne lui laisse pas une seule seconde pour refuser. Il s’approche du lit, précipitamment et soulève la jeune femme avec toute la délicatesse possible pour la descendre jusqu’à la voiture. Quelques secondes suffisent pour qu’elle soit aussi trempée que lui. Il l’installe sur la banquette arrière et, malgré la pluie le vent et la visibilité presque nulle, il se met en chemin vers l’hôpital le plus proche.

La première étape là-bas, ça a été d’admettre ma mère et ses contractions. De lui faire des examens. Et puis, ils ont dit que c’était juste la peur, que ça passerait. De longues heures d’attente et de souffrance pour ça. Il n’y a rien d’autre à faire que de la renvoyer chez elle. Mais, au moment où elle se lève, quelques minutes après minuit, elle sent quelque chose couler le long de ses jambes, un liquide étrange qui se répand par terre. Et, à cet instant, tout s’accélère pour elle : elle vient de perdre les eaux. Le personnel la transfère, la change et l’installe dans un lit. On lui dit de souffler, de pousser, péridurale, j’en passe et des meilleures. Tout ça pour mettre au monde une petite fille, née bien trop tôt et dont le pronostic vital a été engagé immédiatement. Alors, le monde a changé pour les deux parents : couveuses, stress, nuits interminables, chaque jour ils viennent, chaque jour ils regardent ce petit être qu’ils ne peuvent même pas toucher, chaque jour ils espèrent.

Je suis née crevette. Ça a été mon surnom durant toute mon enfance. Petite, chétive, fluette, ma mère voulait absolument me garder contre elle, en bonne mère poule. Mon père, lui, avait d’autres ambitions pour sa fille unique. Car, oui : ma mère, suite à cet accident, ne peut plus avoir d’enfants. Je suis donc l’unique enfant du couple. Après près d’un an passé à l’hôpital, j’ai pu rentrer chez moi, et mon père a commencé à harceler ma mère pour que j’apprenne à me défendre. Oui, j’avais un an, je ne savais même pas encore marcher, et il voulait déjà faire de moi quelqu’un de spécial… Il a mis cinq ans à obtenir gain de cause, cinq ans à glisser des allusions à ma mère sur l’importance pour une crevette comme moi d’apprendre à se défendre dans ce monde de brutes. Il a pourtant fallu que maman se fasse attaquer en sortant de la supérette et voler son argent pour qu’elle ouvre enfin les yeux et accepte qu’on me conduise à mon premier cours de karaté, à l’unique condition que je fasse de la danse aussi. « On ne va pas en faire un garçon manqué quand même »

Aujourd’hui, cette histoire me fait sourire. On la raconte à tous les repas de famille depuis tellement longtemps que je ne sais plus réellement ce qu’est la vérité et ce qu’est le mythe. Elle me fait sourire, parce qu’au fond, malgré tous les rajouts et autres embellissement qu’elle a pu subir au fil des années, il y a une chose qui n’a jamais changé : le regard plein d’amour qu’ils posent l’un sur l’autre, mes parents adorés. Il y a toujours eu entre eux cette étincelle qui les lie, cette complicité que rien ni personne ne pourra jamais leur enlever. Et, pour ça, je les envie. Est-ce que c’est ma naissance prématurée qui m’a empêchée d’être façonnée de la même façon que le reste du monde ? Je ne le sais pas. Je crois, au fond, que je ne le saurais jamais. Le monde autour de moi, il est tellement fade, tellement … comment dire ? Morne. Je ne m’y suis jamais sentie à ma place. Je n’ai jamais eu l’impression d’être acceptée par les autres. À l’école, j’étais toujours la fille qu’on choisissait en dernier pour faire les groupes de sport, la fille qui restait dans son coin quand il fallait faire des binômes de travail, la cinquième roue du carrosse. Très jeune, dès que j’ai su lire, en fait, je me suis plongée dans les histoires d’aventures, dans les mondes fantastiques. Je lisais de tout, tout le temps. J’ai dévoré chaque livre qui me soit tombé sous la main, avec une affinité certaine pour les contes de fées et autres histoires dans d’autres univers. Mais, ce que j’ai toujours préféré, ce sont les histoires de vampires. Pourquoi ? Parce qu’elles racontent toujours la même chose, quelque part : la jeune fille qui n’a rien à voir avec le reste du monde qui finit par trouver son âme sœur et qui rejoint la nuit pour y être heureuse. Quelque part, en grandissant, entre les cours de karaté, ceux de sabre et ceux de danse, j’étais certaine que jamais je ne trouverais l’amour. Et puis, le temps a passé. L’école primaire est devenue le collège, où je n’étais pas plus à ma place, avec cette étrange déprime qui m’entourait en permanence. Là, les pires années de ma vie ont commencé. Les enfants sont cruels entre eux, et ils sont prompts à se liguer contre ceux qui sont différents. C’est un fait, quelle que soit l’époque, je suis certaine que ça a toujours été ainsi. Et, là, c’était moi. C’était mon tour d’être le souffre-douleur d’une bande d’ignorants incapables de comprendre le bien que pouvait me faire un livre, par rapport à leurs railleries. Chétive, je l’ai toujours été. Je n’en avais jamais eu cure jusque-là. Je n’avais jamais eu à complexer de quoi que ce soit avant le collège et avant qu’ils ne commencent à m’appeler « l’anorexique » et autres surnoms du même genre. Alors que, jusque-là, j’étais la « petite crevette adorée » de mon père, et que j’adorais ce surnom, je me suis mise à faire des crises d’angoisse à chaque fois que j’entendais ce mot, si souvent revenu dans la bouche de ceux qui me martyrisaient. J’aurais pu … J’aurais pu devenir violente et leur montrer ce que j’étais. Mais, au final, ça n’aurait servi à rien. Je le savais au plus profond de mon cœur : là où leurs blessures n’étaient que morales, les blesser physiquement n’aurait absolument aucun effet bénéfique pour moi. Au contraire. Même les professeurs voyaient ces chamailleries, comme ils les appelaient, d’un œil paternaliste, totalement passif. Qu’est-ce que je pouvais, hein ? Je ne pouvais rien faire du tout. J’ai subi, je me suis renfermée sur moi-même et sur mes livres, encore plus. Et, puis, c’est passé. Je me suis retrouvée au lycée. Fini le public, j’avais supplié ma mère et mon père de me mettre dans le privé, même si c’était cher, même si c’était dur d’y entrer. Soit disant pour avoir de meilleures chances à l’université. Je n’ai jamais su ce que je voulais faire. Je ne le sais toujours pas aujourd’hui, au fond. J’ai donc quitté le public pour entrer dans le privé. Un soulagement. Un véritable soulagement.

Si je ne suis jamais devenue populaire, j’ai eu quelques amis à cette époque, un petit ami, un autre… Bref, j’ai commencé à avoir une vie un peu plus normale que ce que j’avais eue jusque-là. Ma bizarrerie c’était semble-t-il lissée pour finalement devenir quelque chose d’un peu plus normal. J’ai eu mon diplôme et j’en suis sortie sans réellement m’en rendre compte. Et là, je suis partie à Seattle pour y faire mes études supérieures. Du droit international. Barbant au possible. Mais, pratique : car j’ai pu passer un an en Italie grâce à un système d’échange. Et, c’est là que j’ai commencé à réaliser : le monde que je connaissais jusque-là, il n’était pas forcément tout ce qu’il y a de plus réel. Ces marques que je recherchais, ces marques de plussoyance, j’ai fini par les découvrir, une après l’autre, en voyant des choses étranges tout en faisant semblant, comme le commun des mortels et son incapacité à voir ce qui l’entoure, de ne rien réaliser. Jusqu’à ce jour, où je l’ai abordé, cet étrange homme à l’aéroport. J’en étais sûre, il n’était pas humain. Si j’avais su à quel point ma vie allait se modifier, après ça….

Derrière l'écran
louha ♣️ vieille ♣️ France ♣️ Connexion : 2/7 pour les RP, plus souvent pour le reste. ♣️ Comment es-tu arrivé là ? par une certaine Isabella qui est ma meilleure amie dans la vraie vie♣️ Plus? Bella, ça t'ennuie de mettre mon code signa dans le css ?

 

 
C O D E ©️ A L K A S E L T Z E R

 

_________________

Shaelin
Got a secret, can you keep it ?
avatar by nebula, signature by louha.
Revenir en haut Aller en bas
Arrivée à Forks
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 58
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 17:07

Bienvenue
Anastasia & Sloan


Dernière édition par Anastasia Sultton le Dim 24 Sep - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arrivée à Forks
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 53
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 17:10

merci Very Happy

_________________

Shaelin
Got a secret, can you keep it ?
avatar by nebula, signature by louha.
Revenir en haut Aller en bas
Sur la route
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 15
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 17:11

Bienvenue :hm:
J’espère que tu vas bien t'amuser parmi nous :13:
Revenir en haut Aller en bas
Arrivée à Forks
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 53
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 17:11

merci !

oh, je ne m'en fait pas Very Happy Les forums de Bella, c'est un peu ma drogue en fait XD

_________________

Shaelin
Got a secret, can you keep it ?
avatar by nebula, signature by louha.
Revenir en haut Aller en bas
Retour dans la chambre d'enfant
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 153
J'ai actuellement : 25
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 17:15

Bienvenue ici What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Arrivée à Forks
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 53
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 17:17

merci !

_________________

Shaelin
Got a secret, can you keep it ?
avatar by nebula, signature by louha.
Revenir en haut Aller en bas
Sur la route
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 47
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 17:28

bienvenue sur le forum au plaisir de te lire
Revenir en haut Aller en bas
Arrivée à Forks
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 53
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 17:36

merci !

_________________

Shaelin
Got a secret, can you keep it ?
avatar by nebula, signature by louha.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 19:00

Je te souhaite la bienvenue, mon jouet personnel et privé!!!
Revenir en haut Aller en bas
Sur la route
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 12
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 19:03

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Arrivée à Forks
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 53
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 19:03

merci =)

_________________

Shaelin
Got a secret, can you keep it ?
avatar by nebula, signature by louha.
Revenir en haut Aller en bas
Sur la route
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 18
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 20:01

Bienvenue Smile
Revenir en haut Aller en bas
Arrivée à Forks
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 53
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Dim 24 Sep - 20:05

merci !

_________________

Shaelin
Got a secret, can you keep it ?
avatar by nebula, signature by louha.
Revenir en haut Aller en bas
Premier cours de biologie
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 383
J'ai actuellement : 26
Voir le profil de l'utilisateur http://tookah.forumactif.org

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Lun 25 Sep - 10:55

BIENVENUE CHOUCHOUUUUUUUUUU Very Happy <3

_________________
:gam:
Revenir en haut Aller en bas
Arrivée à Forks
avatar

Bien malgré moi, j'ai déjà mordu : 53
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   Lun 25 Sep - 11:37

merci chouchou <3

_________________

Shaelin
Got a secret, can you keep it ?
avatar by nebula, signature by louha.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.   

Revenir en haut Aller en bas

Shaelin ~ L'humaine un peu sorcière accroc à l'adrénaline.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» Y'Shahinn Nehleän - Prime Sorcière
» Frida [Sorcière]
» Gwelaly Lothalia [Sorcière & Voyageuse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tookah :: 
Divertissement
 :: Corbeille
-